CSI reçoit des nouvelles de la République démocratique du Congo

Depuis plusieurs semaines, nous attendions des nouvelles de l’abbé Valérien Kahindo du Diocèse de Butemo-Beni, situé dans le nord-Est de la République Démocratique du Congo. La région est touchée par la maladie à virus Ebola qui décime la population. 


Hier, Valérien nous écrit enfin expliquant que les mesures de prévention et de soins opérées auprès de la population ne suffisent pas à enrayer la propagation du virus : « Nous avons le devoir de conscientiser la population pour les pratiques d’hygiène puisque cette maladie  est très contagieuse et exige beaucoup de soins pour s’en échapper. Les barrières (sanitaires) sont placées à beaucoup d’endroits, les centres de traitement sont annexés à certains hôpitaux de la ville mais les morts se comptent chaque jour à cause de mauvaises stratégies de riposte adoptées par les agents commis à ce travail.» 

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, cette maladie souvent mortelle peut être contrôlée avec des soins rapides et accessibles (réhydration et paracétamol pour lutter contre la fièvre et les douleurs) ainsi que des règles sanitaires très strictes pour éviter sa propagation. Toutefois, Valérien nous laisse comprendre que certaines personnes sont «intoxiquées par des personnes de mauvaise volonté dont les rebelles et d’autres personnes méchantes qui ne veulent pas que la maladie soit éradiquée.»

À cela s’ajoutent le peu d’implication des représentants politiques et le climat d’insécurité généralisé qui aggravent sensiblement la situation : « Les cambriolages, les kidnapping, les massacres des innocents, les coupeurs de route exécutés par les rebelles, même les militaires indisciplinés qui sont affamés.» En conséquence, la population fuit vers l’Ouganda pour se regrouper dans des villages comme Nobili qui ne peut accueillir autant de personnes. Les habitations, les écoles et les soins manquent et les besoins croissent.

Valérien ne perd pas espoir car chaque personne remise de la maladie à virus Ebola, ne peut tomber à nouveau malade au cours de la même flambée d’épidémie. Toutefois, il finit sa lettre ainsi : « Nous vivons le martyre parce que personne ne plaide pour notre cause et moins encore notre bien-être.»  

http://radiomotofm.info/lirearticle.php?billet=5375 

CSI vous présente ses partenaires : la Société canadienne de génie biomédical et biologique

CSI vous présente ses partenaires : la Société canadienne de génie biomédical et biologique

En mai 2019, Collaboration Santé Internationale a été invité à participer au Congrès de la Société canadienne de génie médical et biologique afin de souligner la complémentarité de ses services avec ceux des ingénieurs biomédicaux.

  Événement
En savoir plus
CSI reçoit un don permettant l’achat de médicaments spécifiques contre la malaria et le trachome.

CSI reçoit un don permettant l’achat de médicaments spécifiques contre la malaria et le trachome.

L’équipe de Collaboration Santé Internationale (CSI) tient à remercier Mme Catherine Thériault pour le don de 1000 $ généreusement octroyé par le biais de son fonds philanthropique créé en 2018.

  Implication
En savoir plus
CSI à l’Hôpital des nounours

CSI à l’Hôpital des nounours

Collaboration Santé Internationale est très fier d'être partenaire de l'Hôpital des nounours de l'Université Laval dont l'objectif est de contribuer à réduire la peur de la blouse blanche chez les jeunes enfants.

  Implication
En savoir plus

CSI remercie ces partenaires :

Appuyé par les ministères du Gouvernement du Québec

CSI est membre de :

Membre de l'Association Québécoise des Organismes de Coopération Internationale (AQOCI)

Membre du Conseil Canadien pour la Coopération Internationale

Membre du Centre d'action bénévole de Québec

Membre de la Chambre de Commerce et d'Industrie de Québec

1001, chemin de la Canardière
(Entrée au 1303 rue Conway)
Québec (Québec) G1J 5G5

Tél : (418) 522-6065
Téléc : (418) 522-5530
Courriel : csi@csiquebec.org

Collaboration Santé Internationale. Tous droits réservés. © 2019